français de souche : les obsédés du génotype

Ils sont marrants, les gens de l'extrême droite de 2024.

Il m'arrive parfois de regarder des vidéos de la youtubeuse Thaïs d'Escufon.

Que voulez-vous ? Je trouve qu'elle raconte des choses intéressantes sur le rapport homme/femme.

Pour le reste… c'est moins ça.

Bon, déjà, elle est bizarre, parce qu'elle vote Zemmour, alors que :

  1. d'après lui, elle ferait mieux de s'appeler Corinne, puisque Thaïs n'est pas dans la liste des saints du calendrier grégorien, et est à peu près aussi exotique que Hapsatou, quoique peut-être plus facile, intuitivement, à orthographier,
  2. Zemmour est un immigré algérien de deuxième génération
  3. Zemmour, contrairement à elle, fait très bien la différence entre une tribu et une nation

Elle a publié une vidéo intitulée Pourquoi je ne crois pas à l'assimilation, dans laquelle elle dit connerie sur connerie.

Dans son quatrième argument, elle nous dit, notamment, la chose suivante :

Parce que oui, l'identité française on la réduit souvent à la simple idée de culture. Si on avait une France qui était peuplée, je sais pas moi, de 70 millions de congolais qui mangent du saucisson et qui vont à l'église le dimanche, et bien ce ne serait plus la France.

Alors…

Pfffff… je suis déjà fatigué rien qu'à l'idée de devoir m'attaquer à ces deux phrases où il y a presque trois conneries par mot.

D'une : je ne sais pas où elle a trouvé des fraçais qui vont à l'église le dimanche.

De deux : elle serait surprise du nombre de français bien de souche qui n'aiment pas le saucisson.

De trois : il n'y a rien de moins français que de faire une identification entre Nation et culture. Ça, c'est la conception allemande — qui rappelle les heures les plus sombres de notre Histoire.

En France, Ernest Renan, dès 1882, dans Qu'est-ce qu'une nation ?, a résumé la conception française de la Nation :

Ce qui constitue une nation, ce n'est pas de parler la même langue, ou d'appartenir à un groupe ethnographique commun, c'est d'avoir fait ensemble de grandes choses dans le passé et de vouloir en faire encore dans l'avenir…

Et les nationalistes corses connaissent très bien cette conception — ils sont bien plus français et bien plus cultivés que Thaïs d'Escufon — ne s'y trompent pas, lorsque le FNLC, dans ses communiqués, affirme que&8239;:

la Corse n'a pas de destin commun avec la France

la Corse n'a pas de « destin commun » avec la France

De façon annecdotique, on peut aussi noter qu'on a donné la nationalité à Thomas Paine — un anglais, rendez-vous compte ! — parce que ses écrits étaient parfaitement alignés avec l'idéal français (des bourgeois).

français de souche… c'est marrant d'aller regarder l'étymologie du mot souche, qui vient du… gaulois, et non pas du francique.

Qu'est-ce que les gens d'extrême droite aiment dans la France, au juste ?

Les gaulois ?

Les celtes ?

Les arvernes ? Vercingétorix ?

S'ils avaient vu l'état de décomposition de la Gaule, au moment où César l'a envahi, je ne suis pas sûr qu'ils s'en réclameraient.

Ce qu'ils aiment, c'est probablement la culture grecque, la convivialité communiste germanique, et le christrianisme, né dans une région où les gens avaient un génotype tout de même légèrement différent des français dits de souche.

Et puis, c'est marrant cette histoire de souche.

Drôle de métaphore, que celle de l'arbre. M'enfin vu comment ces empotés de réac' végètent, il y a là une certaine cohérence.

Car si on reprend l'histoire des grandes migrations humaines, la souche, elle est… en Afrique.

Même si on considérait que la métaphore est pertinente, on ne peut pas être français de souche : on n'est qu'une ramification, en aucun cas la souche.

Pour en revenir sur le génotype, est-ce vraiment important ?

D'où leur viennent ces idées ? Ils ont lu trop de Dawkins, ou quoi ? Ils croient vraiment à la théorie du gène égoïste ?

J'aime bien mes neveux, mais je doute fort que ce soit dû à notre communauté de patrimoine génétique. Quand ma grand-mère paternelle est morte, ça ne m'a fait ni chaud ni froid, car nous n'avion aucune histoire commune.

L'être humain est un Homo Narrans ; qu'est-ce qu'on en a à foutre de ces A, T, C et G qui constituent nos nucléotides ? Faut vraiment être un matérialiste extrémiste pour ne pas se considérer comme quoi que ce soit de plus que l'entéléchie d'une suite de bases nucléiques.

En plus, aussi bien en terme de génotype que de culture :

Qu'est-ce qu'il y a de plus bâtard qu'un français ?

Si ce n'est, peut-être, un russe ?

M'enfin… quand on n'arrive pas à opérer une valorisation narcissique de son propre égo, il faut se raccrocher à un égo collectif. Et quoi de mieux qu'un égo collectif déterminé par la naissance, plutôt que par l'effort ?

Car c'est facile d'être blanc, beau, noble, héritier, athlétique ou HQI… ça l'est moins d'être français.