agriculteurs naïfs : à quand la prise de conscience ?

Ils sont mignons, les agriculteurs.

Ils disent — du moins, c'est ce que les médias du pouvoir veulent bien nous montrer pour l'instant, mais je veux bien croire que ça reflète une certaine réalité — les mêmes choses que les Gilets Jaunes à leurs débuts :

On manifeste dans le respect des biens et des personnes.

…ou :

Le Huff PostSiège de Paris : vous avez pas peur de faire peur aux gens ?
Thierry du 77 ― Boh-ah, c'est pas la première fois qu'on monte sur Paris en tracteur. On est encadré par la gendarmerie. Pour l'instant, ça se fait de bonne façon. On n'est pas des black blocs.

Sur l'A6, on a suivi le début du « siège de Paris » avec les agriculteurs, LeHuffPost

…ou :

On n'est pas des casseurs, non, on est des agriculteurs, et des agriculteurs très corrects. Et je vois pas pourquoi, à Paris, ils veulent pas nous recevoir.

Les agriculteurs entrent dans Rungis : 79 gardes à vue, sur TF1 INFO

…ou :

Si on est pacifistes et qu'on se fait interpeler, je vois pas… pourquoi.

Les agriculteurs entrent dans Rungis : 79 gardes à vue, sur TF1 INFO

…ou :

Ce qu'on s'accorde à dire tous, ici et ailleurs, c'est : pas de violence, […] pas de casse, etc…

Colère agricole : les images du blocage de Rungis par les agriculteurs, encerclés de CRS, sur Europe 1

…ou ce genre de choses.

Comme avec les Gilets Jaunes, on voit que, pour l'instant, ils s'entendent bien avec les forces de l'ordre. Par exemple, lorsque des agriculteurs en train de bloquer une route se font insulter par un automobiliste, une policière nationale arrive pour dire :

On a pris la plaque, on a pris la plaque, vous inquiétez pas, on a pris la plaque d'immatriculation.

Les agriculteurs semblent n'avoir jamais vu péter le loup sur la pierre de bois, comme on dit.

Et donc, pour l'instant, les agriculteurs disent :

On n'est pas des black blocs

LOL.

Comme si les gens naissaient avec la colère en eux. Comme si c'était dès la première manif' qu'ils choisissaient de s'habiller en noir et de recourir à la violence dans l'espoir d'atteindre leurs buts, ou simplement pour faire face à la violence des forces dites de l'ordre.

C'est pas génétique, vous savez.

Que diront-ils s'il y a affrontement avec les forces de l'ordre, et qu'une partie d'entre elles au moins choisissent d'honorer leur allégeance au pouvoir en place (à l'exécutif en tous cas) ?

Que ressentiront-ils, lorsque les médias télévisuels et radiophoniques retourneront leur discours, comme ils l'ont fait avec les Gilets Jaunes ? Et quand ce ne sera plus 90% de la population française qui les soutiendront, mais 30 ou 40% ? Quand on entendra des choses du style :

Oh, au début, le mouvement des agriculteurs, c'était bien, mais depuis ils se sont fait infiltrés par des groupes radicaux, qui se font passer pour des agriculteurs, mais qui en fait sont juste là pour casser. Les agriculteurs qui manifestent maintenant, ce sont de faux agriculteurs, et pas les agriculteurs du début, qui étaient biens, eux.

Bon, difficile ceci dit pour de se faire passer pour un agriculteur. À 150 k€ minimum le tracteur, peu de gens pourraient se payer le déguisement, et même le plus mouton des français devrait pouvoir se le représenter mentalement.

Arriveront-ils à garder leur calme, après des jours ou des semaines passés à dormir dans l'inconfort de leurs tracteurs, de leurs caravanes et de leurs bétaillères, et dans le froid de l'hiver qui plus est ?

Commenceront-ils à voir les forces de l'ordre un peu différemment, lorsqu'elles auront fait les premiers blessés dans leurs rangs ?