agentivité -vs- impuissance apprise

Je trouve que le truc le plus dur à vivre en ce XXIème siècle, c'est notre absence d'agentivité.

On peut faire à peine 2-3 actions qui ont un impact concret sur nos vies :

  1. faire la cuisine
  2. faire le ménage
  3. faire de la musique

Globalement, tout le reste de ce qu'on vit nous est imposé par notre environnement. Et tout ce reste, c'est du bon gros bullshit.

Le marché, shooté à la monnaie dette, et piloté par les exigences de vampirisation des actionnaires, nous demande de taffer pour répondre à des besoins supposés-solvables à la con, pendant que des besoins réels des plus basiques ne sont pas remplis pour des milliards d'être humains. Je crois que George Carlin a fait un sketch là-dessus.

En 2018, David Graeber a popularisé les bullshit jobs.

Et tout le monde s'est excité là-dessus, comme s'il existait des jobs qui n'étaient pas bullshit. Comme si ces bullshit jobs représentaient une exception, un dysfonctionnement, dans un mode de production qui ne serait pas intrinsèquement bullshit.

Ou peut-être que si tout le monde s'est excité là-dessus, c'est précisément parce que tout le monde estimait que son job était bullshit, n'avait pas vraiment de raison d'être (comme on dit en anglais), et que sa fonction (pour peu qu'il y en ait une) pouvait être remplie d'une façon totalement différente et bien plus sensée.

Vivement que ce monde nous appartienne à nouveau (une fois qu'on aura liquidé ceux qui se lèvent tôt ^^).