OK boomer OK gen X

Ces dernières années, on a beaucoup entendu les millenials taper sur les boomers, et les boomers et les gen X taper sur les millenials.

Je n'ai pas vu qui-que-ce-soit taper sur les gen X encore.

Alors je vais m'y coller :

La gen X, c'est vraiment la génération survival of the fittest.

Les membres de cette génération croyaient qu'ils feraient partie des happy fews pour qui les lois du marché fonctionneraient, et leur permettraient de surnager.

Évidemment, ça n'a pas marché pour tout le monde. Pour certains ça a marché un temps, mais pas forcément dans la durée.

Tel Simon Sinek, les gen X se retrouvent maintenant à critiquer les millenials, qui ne veulent pas jouer les hustlers comme eux l'ont fait, parce que les millenials ont bien vu ce qu'a produit le rouleau compresseur capitaliste sur leurs ainés.

Alors les gen X ragent.

Ils ont souffert inutilement, donc évidemment ils aimeraient que les autres souffrent aussi inutilement qu'eux. Ils veulent aussi réguler des trucs, comme l'IA ou les cryptoactifs, qui semblent menacer la place que certains ont réussi à se faire, un temps.

On ne peut pas vraiment en vouloir aux gen X d'avoir agi comme ils l'ont fait. Comme l'ont expliqué Strauss et Howe dans The Fourth Turning (Le quatrième tournant), chaque génération a les idées politiques et les stratégies individuelles qui correspondent au cycle économique qu'elle est en train de vivre. C'est fonction aussi de comment leurs parents les ont élevés (et donc du cycle économique vécu par leurs parents). C'est pour ça que Fight Club est le film culte de leur génération :

We've all been raised on television to believe that one day we'd all be millionaires, and movie gods, and rock stars. But we won't. And we're slowly learning that fact. And we're very, very pissed off.

Tyler Durden, Fight Club

Je crois qu'on peut avoir de la compassion pour les gen X.

On peut aussi se foutre de la gueule de ceux d'entre eux qui essayent de nous faire la morale ou la leçon. Ou, comme la députée kiwi Chlöe Swarbrick l'a fait avec leurs ainés, simplement dire OK, gen X.

Il faut un subtil mélange des deux.

Les stratégies de spéculation des gen X semblent avoir une certaine inertie ceci dit, quand on voit tous les millenials qui jouent au jeu gagnant-perdant du Bitcoin, au dur jeu du laisse-tomber-la-livraison (drop shipping), au jeu légèrement moins con des revenus passifs, ou au jeu hasardeux de l'early retirement extreme.

Vivement que toutes ces conneries soient finies.