les idioties répétées à loisir (et applaudies) autour de l'art et des intelligences artificielles ChatGPT, MidJourney, Stable Diffusion, etc…

Comme souvent le matin, je consultais aujourd'hui HackerNews, et, comme souvent, dès que je sors des infos purement technologiques, je tombe sur des trucs bien débiles, comme cette critique de ChatGPT :

Stephen Fry reads Nick Cave's stirring letter about ChatGPT and human creativity

Le texte est de Nick Cave, qui est, apparemment, un artiste australien. Stephen Fry est, quant à lui, un britannique.

Le texte critique le travail de Martin Léon qui a, visiblement, utilisé ChatGPT pour composer un poème dans le style de Baudelaire.

Le texte cite la Genèse, et mentionne notamment le septième jour, dans lequel Dieu se repose, parce qu'il serait fatigué. Bon, déjà, j'ai du mal à imaginer qu'un être omnipotent soit jamais fatigué.

Le texte récite que Dieu vit que cela était bon, et après ça part en exégèse protestante capitaliste limite théorie-de-la-valeur-travail où il est dit en gros qu'une œuvre d'art a de la valeur, morale même, parce qu'elle a demandé de l'effort et que l'effort c'est de l'amour.

Oh mon Dieu…

Mais qui sont ces gens ?

Sont-ils au courant que ça fait un bail déjà qu'il existe des dictionnaires de rimes, de synonymes et d'antonymes, qui accélèrent un peu l'écriture ?

Sont-ils au courant que ça fait déjà 20 ans qu'il existe des outils de content spinning ? Des générateurs de langue de bois ? De la création d'images avec Logo ? De la musique algorithmique ? OpenMusic ?

Connaissent-ils Iannis Xenakis ? Steve Reich ? Terry Riley ? Alberto Posadas ?

Ont-ils déjà essayé d'utiliser des outils IA comme ChatGPT, Stable Diffusion ou MusicGen pour faire de l'art ?

Se rendent-ils compte que Jason Allen a gagné un concours d'art non pas parce qu'il a utilisé MidJourney comme pinceau, mais parce qu'il a choisit de bons mots clefs et a sélectionné la bonne image ?

Se rendent-ils compte que toutes les combinaisons linéaires de lettres, de couleurs et de sons préexistent en potentialité au fait que qui-que-ce-soit les agencent dans cet ordre ? Connaissent-ils le fait d'armes de Damien Riehl et Noah Rubin, l'avocat-musicien et le programmeur qui ont copyrighté les 68 milliards de mélodies possibles avec 8 notes ?

Si Dieu se repose au septième jour, ce n'est pas parce qu'il est fatigué, et la création n'est pas belle parce qu'elle a demandé de l'effort. Non, Dieu s'est arrêté simplement parce qu'il a vu que cela était beau. S'il avait trouvé ça moche, il aurait continué à générer le monde sept jours de plus, comme l'aurait fait dès 2008 n'importe quel créateur de map pour Half-Life avec GenSurf ou Terrain Generator.

Dans leur vision de l'art, ils sont qués-blo dans l'idée d'une création qui demanderait de l'effort, et dont la valeur serait fonction de l'effort fourni ; ils ne semblent pas comprendre que l'important c'est la sélection.

Les grecs ne faisaient pas des statues sans commune beauté parce qu'ils se seraient rendus particulièrement dextres par une pratique délibérée ou je-ne-sais-quoi. Et Lasse Gjertsen ne savait jouer ni piano ni batterie lorsqu'en 2006 il a composé Amateur. Et c'est pas demain la veille que ChatGPT sera capable d'écrire une chanson aussi disruptive que Y'en a marre des pauvres, en tous cas pas de le choisir et le reconnaître comme participant du Zeitgeist, et donc digne d'être présenté au monde à ce moment là.

Ces gens connaissent-ils l'urinoir de Duchamp ?

Ont-ils vu le clip du morceau Tout le monde, de Bolivard ?

Je me suis longtemps demandé à quoi me servait d'avoir souffert tous ces cours de philo en terminale. Eh bah, je crois que maintenant j'ai compris : ça sert à ne pas être un gros débile anglosaxon, qui est incapable de distinguer un artisan d'un artiste.

Ce n'est peut-être pas un hasard si les plus grands spécialistes de l'IA sont français. Nos écoles d'ingé ne sont pourtant pas meilleures que celles de États-Unis d'Amérique il me semble. Alors, soit c'est la langue, soit ce sont les cours de philo.

Peut-être qu'un jour les anglosaxons comprendront que la beauté est dans l'œil de celui qui regarde, dans l'oreille de celui qui entend, dans le nez de celui qui sent, dans le palais de celui qui goûte, et dans la main de celui qui touche.

S'ils avaient lu 1984 jusqu'aux dernières phrases, peut-être comprendraient-ils ça.


Bon, en réalité, derrière une critique en apparence morale et spirituelle, ils ragent juste parce qu'ils pensent que ces outils vont accélérer la production de chansons — comme l'a déjà fait la MAO — et qu'il n'y aura jamais assez d'êtres humains sur Terre pour écouter toute la musique produite, donc un flux monétaire à capter par chanson plus ténu.

Mais ce mouvement est loin d'être nouveau : il est aussi vieux que l'apparition de la musique enregistrée.

Les machines augmentent la productivité du travail, ce qui entraîne une surproduction de marchandises, la concurrence entre les travailleurs, et laisse une grosse partie d'entre eux sur le carreau ; bienvenue dans la réalité du progrès technique du capitalisme, les amis !

Faites une critique de surface du progrès technique si vous voulez, comme Unabomber en son temps. C'est vous qui voyez.

Effectivement, ChatGPT est très efficace pour générer des textes dans le style de ou des parodies — je l'utilise beaucoup pour ça d'ailleurs, et je m'amuse beaucoup. Si vous vous sentez menacé par la machine, c'est peut-être parce que votre travail de pseudo artiste était déjà très machinique, pour ne pas dire recyclé ; c'est que votre production était déjà une parodie — en langage technique, ça s'appelle faire une Christophe Maé. Du coup, si vous vous preniez pour des flocons de neige incomparables à tous les autres, il va vous falloir opérer un retour à la réalité : vous êtes des prolétaires commes les autres.

Sérieusement, ils me font pitié les gens qui se réveillent seulement quand leur petite niche est attaquée par le capitalisme.

Ces tâcherons ne valent rien.