la stupidité du « sans argent »

Récemment on m'a fait découvrir une vidéo d'un mec qui fait la promotion d'un monde sans argent.

Le type a deux sites : voter-a-m.fr et la-formule.xyz. Et il a des « copains » : mocica.org et civilisation-sans-argent.org.

Le but de cet article n'est pas de critiquer leur projet, qui n'est pas inintéressant, a minima parce que c'est toujours utile quand on a un projet fou (la monnaie libre) d'avoir à côté de soi d'autres gens avec un projet encore plus fou : aux yeux de la majorité ça nous permet à nous autres demi-fous d'apparaître relativement sain d'esprit.

Ici, ce que je vais critiquer, ce sont les hypothèses qui sous-tendent leur logique et donc leurs conclusions.

Allons-y :

Dans sa vidéo, ce monsieur se branle la nouille pendant 7 minutes sur une formule de balance commerciale équilibrée, qu'il porte aux nues comme s'il avait inventé la poudre, ou trouvé le Saint Graal.

Puis il nous explique qu'il y a des problèmes dans le monde et qu'il y a de la monnaie, donc les problèmes dans le monde viennent de la monnaie.

Sa logique est la suivante :

il y a monnaie SI ET SEULEMENT SI il y a {insérez ici un problème au choix}

Faisons un peu de logique des prédicats.

On va noter :

Il dit donc :

M ⇔ P

Bref, la table de vérité est la suivante :

M P M ⇔ P
1 Vrai Vrai Vrai
2 Vrai Faux Faux
3 Faux Vrai Faux
4 Faux Faux Vrai

Sa logique permet donc :

1) un monde avec monnaie et avec problème
4) un monde sans monnaie et sans problème

elle ne permet pas :

2) un monde avec monnaie et sans problème
3) un monde sans monnaie et avec problème

Pour le n°3, c'est assez évident que cette situation a déjà existé, car les problèmes préexistent à la monnaie. Par exemple, les humains n'ont pas attendu l'apparition de « l'argent » pour commencer à se faire la guerre. Donc son équivalence logique est déjà réfutée par l'Histoire.

Le n°2 est un peu plus compliqué, car c'est effectivement une situation inconnue pour l'instant.

Donc puisqu'on a fait tomber un côté de la flèche, on pourrait pour l'instant lui concéder M ⇒ P, dont la table de vérité est la suivante :

M P M ⇒ P
1 Vrai Vrai Vrai
2 Vrai Faux Faux
3 Faux Vrai Vrai
4 Faux Faux Vrai

Mais comme pour toute énonciation de causalité, il suffira d'une observation pour réfuter toute sa théorie. Une observation où on a M, sans avoir P, où il y a de la monnaie, mais où il n'y a pas de problème.

Ma théorie (elle est vachement mieux, croyez moi)

Je vais pour ma part énoncer une autre causalité :

SI il y a dépossession ALORS il y a monnaie.

Je vais noter :

Je propose donc :

D ⇒ M

ce qui est équivalent à :

¬D ∨ M

non(D) ou P, pour ceux qui ne connaissent pas la notation logique, c'est à dire : « il n'y a pas de dépossession et/ou il y a la monnaie »

D ⇒ M est bien équivalent à ¬D ∨ M

Pour s'en donner l'intuition, il suffit de se demander comment on reformule « ne bouge pas ou je tire » avec un : « si … alors … ».

(…)

(…)

(…)

Ça donne :

« si tu bouges alors je tire ».

Et je n'aurai pas menti si je tire alors que tu n'as pas bougé (j'avais pas dit « seulement si »).

Revenons à nos moutons (oui, car historiquement ce sont les moutons qu'on tout foutu en l'air) :

SI il y a dépossession ALORS il y a monnaie.

D ⇒ M

On fait la table de vérité :

D M ¬D ∨ M D ⇒ M
1 Vrai Vrai Vrai Vrai
2 Vrai Faux Faux Faux
3 Faux Vrai Vrai Vrai
4 Faux Faux Vrai Vrai

Les deux dernières colonnes ont exactement la même table de vérité, ce qui est normal puisque ce sont des trucs équivalents.

Cette logique permet :

1) un monde avec dépossession et avec monnaie
3) un monde sans dépossession et avec monnaie
4) un monde sans dépossession et sans monnaie

Cette logique ne permet pas :

2) un monde avec dépossession et sans monnaie

Dépossession et problème, et transitivité à sens unique

Il faudrait que je rajoute une explication plus longue, mais la flemme, donc ça va être court :

Il y a problème SEULEMENT SI il y a déposession.

P ⇐ D

Qu'on peut reformuler dans l'autre sens :

SI il y a problème ALORS c'est qu'il y a dépossession.

D ⇒ P

Puisqu'on a aussi posé D ⇒ M, on peut donc écrire :

P ⇐ D ⇒ M

On voit bien que les flèches ne vont pas dans le même sens : il n'y a donc pas de transitivité possible, c'est-à-dire que les problèmes et l'apparition de la monnaie sont deux conséquences de la dépossession, mais il n'y a aucun lien causal, ni dans un sens ni dans l'autre, entre problème et monnaie.

Cette logique dans l'histoire

Le n°4, c'est le paléolithique : il n'y avait pas de dépossession, puisque dans un mode de vie de chasseur-cueilleur, il est inutile de s'approprier quoi que ce soit, et effectivement il n'y avait pas de monnaie.

Le n°1, c'est notre époque actuelle depuis le néolithique : l'agriculture est apparue, il y a donc eu des choses qu'on gagnait à s'accaparer (les terres), et l'apparition des stocks à fait apparaître la dépossession, puis la monnaie, qui sert à compter la dépossession. L'écriture, quand elle apparaît à Summer, n'apparaît pas pour écrire de jolis poèmes, mais bien pour écrire des comptabilités.

Le n°2 n'existe pas et ne peut pas exister : pas de dépossession possible sans monnaie, car dès qu'il y a dépossession, vu qu'Homo faber est malin, il invente très rapidement un outil monétaire, sous une forme ou une autre, pour compter la dépossession.

Le n°3, un monde sans dépossession et avec monnaie n'a encore jamais existé, et c'est parfaitement logique, puisqu'il n'y avait pas l'utilité de la monnaie avant la dépossession néolithique, que la dépossession a entraîné l'apparition de la monnaie, et la période de dépossession n'est toujours pas terminée. Le jour où la dépossession prend fin, l'être humain est libre de choisir de garder la monnaie ou de s'en débarasser.

L'outil et l'intention

La monnaie est un outil et un outil, s'il n'est pas neutre dans son apparition, peut servir à plusieurs choses et être transcendé.

Je n'aime pas trop les analogies (enfin : je n'aime pas trop les analogies nulles), mais je les trouve pratiques pour illustrer ou comprendre un propos, alors je vais me fendre d'une comparaison.

On a donc, avec la monnaie, un truc du genre :

intention maléfique → outil pour rendre la malfaisance plus efficace

On a d'autres trucs dans l'histoire qui suivent ce pattern. On a par exemple :

intention de faire plus d'explosifs → invention du procédé Haber

…et le procédé Haber a permis de fabriquer des engrais et d'éviter des famines.

Je vous renvoie à la vidéo Sauver l'humanité en cherchant à la détruire.

Un autre exemple :

intention d'écraser l'ennemi → invention de la bombe atomatique

…et le nucléaire militaire a permis le nucléaire civil, sans lequel on n'aurait pas tout le confort moderne.

Si la monnaie suit ce même schéma, sa trajectoire historique :

intention d'exploiter davantage son prochain → invention de la monnaie

…peut amener à l'utilisation de monnaie d'une façon qui permette de compter autre chose que la dépossession, et simplement permettre l'« échange équivalent » pour reprendre une formule entendue dans Full Metal Achemist.

On dit souvent que :

l'enfer est pavé de bonnes intentions

on oublie de dire que :

le paradis est parfois pavé de mauvaises intentions

Je vais donner une dernière analogie parce qu'elle illustre bien à quelle point la logique d'abolition de la monnaie est foireuse :

intention de maximiser le profit → invention de l'usine

Et, là, les luddites, ou Ted Kaczynski, vont nous proposer de détruire les machines. Parce qu'ils oublient le génitif, parce qu'ils oublient ce qui engendre l'usine et, ce qui engendre l'usine, c'est bien l'exploitation. C'est donc en détruisant l'exploitation qu'on détruit les méfaits de l'usine, et non pas en détruisant l'usine qu'on détruit les méfaits de l'exploitation. C'est ce que Ted Kaczynski n'a pas compris : que toutes ses critiques, au lieu d'être des critiques du « progrès technique » auraient dû être des critiques du « progrès technique de la prédation capitaliste », et non pas des critiques du progrès technique en lui-même.

Et il n'y a aucune nécessité intemporelle d'utiliser les usines façon taf aliénant pour produire de la merde : il y a un usage fun de l'usine, dans la joie, la bonne humeur, et pour produire des trucs cools (genre des manèges pour Zaza).

Mais, ça, ce sera dans une autre temporalité que l'actuelle.

Une fois sortis de cette période de 10 000 ans qui aura été, il faut bien le dire, une bonne grosse période de merde.

Perspectives temporelles

Il peut donc exister dans le futur un monde avec monnaie et sans dépossession :

Il convient de noter que la Théorie Relative de la Monnaie, à la section Les 4 libertés économiques mentionne bien :

2. La liberté d’utiliser les ressources

Alors, évidemment, ceux qui possèdent les terres, les mines et les puits de pétrole ne les lâcheront pas comme ça parce que la collectivité aura compris que la liberté n°2 est fondamentale.

Et l'appropriation a, ces derniers siècles, transformé la rente foncière en rente commerciale, par le processus qu'on sait, de destruction des communaux pastoraux en Angleterre pour y foutre ces putains de moutons pour envoyer leur putain de laine aux putains de filatures hollandaises.

Donc il faudra s'occuper aussi de ça, de cette accumulation primitive, qui est ce vol des communaux que les bourgeois ont infligé aux paysans, et sans laquelle l'accumulation ultérieure du travail mort par le mécanisme du vol capitaliste (le profit) n'aurait jamais été rendue possible.

Car Jordan Peterson peut ad libitum (ou plutôt : ad nauseam) nous raconter la petite histoire de sa paysanne sud-américaine qui préférerait avoir un taf à l'usine que rester vivre dans sa ferme peu productive, mais il devrait commencer par réviser un peu Pareto, parce qu'historiquement ça ne s'est pas passé comme ça : Mr & Mrs Smith ne sont pas dit le matin du mardi 14 novembre 1617 :

Tiens, ce serait sympa d'aller s'enfermer dans une fabrique d'épingles située dans la puanteur de Londres, aux rues pavées de crotin de cheval, pour bouffer de la merde et respirer du charbon, plutôt que de rester vivre dans notre ferme où respire le grand air et où on mange du bon cochon.

(oui parce qu'un peu de pathos c'est toujours bien pour conclure une démonstration logique rigoreuse, je trouve 🤣)