L'information est une agression

L'information est une agression.

Toujours.

A priori.

Ce n'est que celui qui reçoit une information qui peut juger si elle est ou non une agression, et si cette information qu'il reçoit lui est agréable ou désagréable.

L'information peut être de deux types :

…et la frontière entre les deux est perméable (enfin, surtout de la 1 vers la 2).

Agressions sensorielles

L'être humain a, paraît-il, cinq sens :

  1. la vue
  2. l'ouïe
  3. l'odorat
  4. le goût
  5. le toucher

1. Agresions visuelles

Il y tout un tas de stimuli qui peuvent agresser visuellement des gens :

2. Agressions auditives

Le soir, si on veut dormir, on peut être dérangé par des bruits avoisinants.

En soirée, passer une musique qui casse le mood n'est pas bien vu.

En lendemain de soirée, passer autre chose qu'un truc chill comme du reggae ou du vieux rock n'est pas forcément bien accueilli.

Lorsqu'on rentre dans un magasin, ou en attendant le métro, entendre la « soupe » de la radio n'est pas forcément plaisant. Entendre l'accordéon dans le métro non plus.

Sur un trajet routier, se farcir un podcast ne plaît pas à tour le monde.

De même qu'entendre les dialogues de Plus Belle la Vie ou les « infos ».

3. Agressions olfactives

Pas grand monde n'aime les odeurs de transpi.

Dans un festival de Jazz, une bobio peut vous signaler qu'elle est gênée par l'odeur de votre clope.

En famille, un enfant peut signaler à son père qu'il ne supporte pas l'atmosphère enfumée des trois paquets de Gitane fumés chaque jour.

L'une n'aime pas les odeurs de bouffe le soir.

L'autre n'aime pas l'odeur du gruyère rapé micro-ondé.

En manif, on n'aime généralement pas l'odeur des gaz lacrymo.

4. Agressions gustatives

Là le problème ne se pose que rarement, car généralement on reste maître de ce qui rentre dans notre corps.

Il y a quelques menues exceptions : aux marriages, et à toutes sortes de regroupements où il y a un repas commun imposé à tous.

Chacun a ses dégoûts :

5. Agressions tactiles

Pour la plupart des gens, on pense évidemment au « viol ».

Pour les gens qui détestent toute forme de contact physique (des autistes et d'autres…), alors toute type de contact peut être perçu comme une agression.

6. Autres agressions sensorielles

On pourrait spéculer sur les autres sens que possèderait l'être humain, s'intéresser à l'« électrosensibilité », et donc rajouter les wifis et GSM dans le lot des agressions possibles.

Agressions informationelles

Voilà un autre type d'agressions, que je trouve très intéressant.

L'agression rentre toujours par un sens, mais l'agression n'est pas en soi purement sensorielle.

Il est des informations qui sont relatives à nos modèles du monde.

Elles peuvent nous être transmises par différents sens : dans leur grande majorité, ces informations rentrent par l'ouïe et la vue.

On nous dit quelque chose, on nous écrit quelque chose, ou on le voit représenté sous une forme graphique…

Quelque chose qui ne nous plaît pas, quelque chose qui remet en question notre modèle du monde, ou cherche à nous faire la promotion d'un autre.

Il y a :

En 2023

L'information est d'autant plus difficile à encaisser qu'elle est surabondante.

Qui a envie d'information en 2023 ?

Peut-être une meilleure information. Probablement pas davantage d'information. Probablement moins.

La chose et son contraire

Il y a alors une négociation à effectuer.

C'est la vie en société. Et c'est pas facile. Peut-être est-ce une erreur (?).

Des fois, il y a des win-win qui peuvent être trouvés : l'un déteste le bruit, mais l'autre ne déteste pas le silence ; il veut juste communiquer, et il y a d'autres moyens de le faire.

Des non-fumeurs détestent l'odeur de clope, mais peu de fumeurs adorent et ont besoin de l'odeur de clope (ils ont juste besoin de fumer).

D'autres fois, ça clashe franchement, car les intérêts sont contradictoires : si j'ai le besoin de ne pas voir d'église, ça entre en conflit avec le besoin d'un autre d'en voir une.

On est au XXIème siècle, donc on devrait pouvoir technosolutionner une partie du truc, par exemple avec des lunettes de réalité augmentée, qui burqa-iseraient ou dé-burqua-iseraient les femmes.

Il va falloir bosser pour développer les algos, afin de définir pour chacun ce qui constitue une information non désirée.

Ou alors il va falloir apprendre à vivre ensemble.

Ou que chacun trouve les conditions qui lui permettent de vivre en recevant l'information qu'il aime, et puisse se prémunir de l'information qu'il n'aime pas. ScuttleButt nous ouvre la voie.

Peut-être verra-t-on réapparaître des « Nations ». Peut-être même dans la conception objective (allemande, donc) d'une Nation. Bye bye Ernest Renan ?

Peut-être qu'on trouvera que Jacques Chirac était un grand penseur, en avance sur son temps lorsqu'il disait :

si vous rajoutez le bruit et l'odeur…

…qu'il faudra peut-être relativiser : chacun son référentiel, chacun sa subjectivité, chacun sa sensibilité, chacun ses goûts et ses dégoûts. Ça m'arrangerait, car moi j'adore l'odeur des épices, mais je ne supporte pas le bruit, et dans ma famille, les nanas… elles parlent fort… et beaucoup !

M'enfin toutes les bonnes volontés ne suffiront jamais : quand tu es en infériorité numérique, tu te fais niquer.

Le pouvoir… il n'y a jamais rien d'autre que le pouvoir.