« Zaza il est pas monté su' les manèges »

Hier avec mon beau-frère, ma sœur et mes neveux, nous sommes allés à la fête foraine.

Je voulais faire le palais des glaces, et prendre une captation vidéo de mon neuveu de 2 ans en train de faire la pêche aux canards, pour la lui ressortir à ses 6 ans dans une compilation vidéo, comme celle que j'avais faite pour sa grande sœur qui en a maintenant 8.

Bref, on commence à faire un petit tour du truc, et à un stand devant lequel il y avait moins de passage, on s'arrête pour que Zaza puisse pêcher ses canards.

Bon, alors, entre le bâton qui est long, et le crochet qui est dur à manier pour un enfant en bas âge, surtout s'il est gaucher (vu que les canards passent de gauche à droite), c'est vraiment pas le truc le plus marrant. Il a fini par prendre les canards à la main.

« Il faut » en récolter 12 et les mettre dans un sceau pour ensuite « gagner » une babiole (ici : une petite raquette avec un ballon gonflable).

Alors « il faut »… c'est un peu une blague ce truc : il n'y a pas vraiment de défi ; il a le droit d'être aidé par sa maman, et il n'y a pas moyen d'échouer.

Donc sur cette attraction, on ne sait pas bien si on paye pour jouer à la pêche aux canards (ce qui n'a pas tant que ça l'air de faire marrer les gamins), ou si on paye 5 € pour qu'ils puissent participer à un concours auquel il est impossible de perdre, pour gagner un jouet dont la valeur est bien inférieure (et, du coup : le jouet pas aussi marrant que ce qu'on aurait pû lui acheter en grande surface avec les même 5 €). Et au final tout ça finit par davantage ressembler à un travail qu'à une partie de plaisir.

Quand on regarde, on trouve plein de trucs assez nazes dans une fête foraine :

Dans une fête foraine, il y a le pire de ce que peut nous proposer la modernité. À mon sens un des pires trucs reste quand même la pêche aux canards.

Mais il y a le meilleur. Car on trouve aussi plein de trucs cools dans une fête foraine :

Je me suis bien amusé dans le palais des glaces. Enfin… ça a été une expérience intéressante en tous cas ; je me suis dit que c'était une bonne allégorie de la dépression : on tourne en rond, on a tout le temps froid, on tâtonne pour espérer avancer, on a l'impression que les autres savent où ils vont (alors qu'ils sont aussi paumés que nous), on est souvent dans le brouillard, on se retrouve souvent face à son reflet, et même si on peut voir les autres il y a toujours une vitre qui nous sépare d'eux.

Zaza a vu sa maman et sa sœur s'amuser sur les montagnes russes (le « Speed Mouse ») et dans un palais du rire, mais lui, il s'est fait balader pendant une heure et quart dans un endroit plein de monde, bruyant, et où de sa hauteur il ne voyait probablement pas grand chose. En plus, il avait mal dormi la nuit précédente.

« Zaza il est pas monté su' les manèges. »

Il a répété ça en boucle dans la voiture sur les 15 minutes du trajet retour. Ça m'a fait mal au cœur.

Et je me suis senti nul, de ne m'être concentré que sur le fait de ne pas perdre ma nièce des yeux, et faire une vidéo souvenir (d'un souvenir probablement pas ouf pour Zaza, en plus), tout ça pour dans 4 ans pouvoir me valoriser narcissiquement parce que j'aurai bien archivé les vidéos de son enfance et fait un joli montage sur fond de musique cool, et que tu du coup je pourrai me dire que je suis un « bon tonton ». Je me suis laissé avoir par le Spectacle.

Alors, Zaza n'est probablement pas l'enfant le plus malheureux du monde, c'est sûr.

Mais il y a des expériences dont on peut profiter à un certain âge, et pas à un autre.

Dans seulement 10 ans, il devra déjà passer des cours entiers à se faire chier, le cul sur une chaise, à devoir apprendre des choses arides et inutiles, comme les relations commerciales de la triade Japon-États-Unis-CEE. Ou la différence entre une faille de subduction et une dorsale océanique. Quand on l'interrogera en maths, peut-être régurgitera en bâillant que « si deux droites son parallèles à une même droite, alors ces deux droites son parallèles entre elles ».

Si le plaisir qu'on prend à vivre sa vie se résume à l'équation suivante :

fun(uneVie) = ∑_momentsDeJoie(uneVie) − ∑_momentsDEnnui(uneVie)

…je me dis qu'à cette fête foraine on a raté une occasion de positiver le résultat.

Que ce post serve d'avertissement aux autres tontons : la vie est courte, alors 💀 memento mori 💀, pour vous et vos neveux.

« Zaza il est pas monté su' les manèges. »