Ordinateurs, smartphones :
la saturation des marchés tarde à venir

Si la saturation des marchés semble bien installée dans certains secteurs (difficile de vendre de nouveaux micro-ondes), elle tarde à venir dans l'informatique.

Le renouvellement des smartphones, mais aussi celui des ordinateurs, semble se faire encore assez rapidement.

Alors je ne vais pas parler ici de mode, d'obsolescence programmée ni même de right to repair.

Non, je vais parler de la loi de Parkinson.

J'aime bien cette citation de (Nathan ?) Myrvold, que j'avais vu il y a bien 15 ans, et qu'une recherche Google m'a permi de retrouver ici :

Si nous n’avions pas mis votre ordinateur à genoux, pourquoi iriez-vous en acheter un autre ?

Car oui, l'évolution du logiciel met les ordinateurs à genoux.

On pourrait parler des jeux vidéos, et alors le phénomène semble assez justifié (qui ne veut pas des jeux vidéos plus jolis et plus réalistes ?).

Mais il y a d'autres exemples bien plus tragiques.

Des trucs qui font chauffer mon ordi, un Lenovo Thinkpad T530 plus tout jeune :

Et pour ce dernier point, on est en plein dans la loi de Parkinson : utiliser des outils plus puissants (un cadriciel Javascript) permet de diminuer la quantité de travail humain à résultat égal du côté du créateur du site web mais, à mesure que le temps passe, oblige tout le monde à renouveler son matériel, même Mme MICHUE qui ne joue pas aux jeux vidéos.

Et on a ça partout : on voit des gens coder des jeux vidéos en Python maintenant, en non plus en C++, donc il faut des puissances de calcul folles pour un résultat, disons… bof.

La loi de Parkinson, c'est vraiment… le truc qui me fait faire des cauchemards la nuit.

Le capitalisme tiendra peut-être un poil plus longtemps grâce à VueJS. Encore que VueJS détruit du travail humain, donc l'un dans l'autre…